WP3 - Histoire, vie et trajectoires des artefacts

Ecrire l'histoire des artefacts

Les sciences humaines, en particulier l'histoire et l'histoire de l'art, ont pour objectif d’écrire l'histoire des artefacts en procédant à une fine observation de l’objet et à l’étude de sa mise en contexte. Pour les périodes anciennes, les difficultés à surmonter concernent la faible quantité d'objets conservés, leur détérioration et leur altération dans le temps, leur déplacement, leur démembrement volontaire ou accidentel, leur réutilisation pour d'autres usages ou fonctions. De plus, l’examen formel et stylistique des artefacts exige une grande prudence avant de tirer des conclusions. Toutefois, cette difficulté peut être surmontée par l'étude des sources anciennes relatives aux artefacts, lesquelles lorsqu'elles existent, en dehors de deux ou trois textes célèbres, sont difficiles d'accès, souvent dispersées dans une pléthore de documents (inventaires après décès, archives notariales, comptes princiers, littérature épistolaire, etc.). Enfin, faire revivre l'objet dans l'environnement dans lequel il a été créé nécessite une élaboration lente qui ne suit pas toujours le rythme des sciences dites « exactes »: faire l'histoire, c'est apprendre à lire lentement, comme l'a souligné P. Boucheron dans sa leçon inaugurale au Collège de France (décembre 2015).


Documenter les artefacts

Le WP3 utilise les sources géologiques, géomorphologiques, historiques et archéologiques disponibles pour contextualiser les cas d'études sélectionnés par Patrimalp. D'une part, il s’appuie sur un catalogue de sources écrites (littérature historique, inventaires, traités, recettes, observations techniques, archives, histoire, etc. ), matérielles (relevés, plans, observations sur le terrain...) et naturelles (types de roches, reliefs…) pour documenter les matériaux et les objets ; d'autre part, il confronte et croise  ces données écrites et matérielles avec les résultats obtenus par les autres équipes de Patrimalp ; enfin, en confrontant ses résultats à d'autres enquêtes similaires, le WP3 vise à atteindre les différents niveaux de signification de l'objet placé dans son environnement naturel, social, économique, culturel, voire anthropologique.


Trajectoires des artefacts

L'espace rhône-alpin, de par sa situation centrale et incontournable au cœur de l'Europe ancienne, est un laboratoire privilégié d'observation en termes d'échanges et de transferts européens, entre l'Europe du Nord et la Méditerranée occidentale (pour les périodes historiques). Aussi, le WP3 vise à dessiner les contours d'une géographie culturelle européenne, basée sur une cartographie dynamique des échanges artistiques, des transferts de modèles et des circulations humaines. Les modalités de transferts artistiques sont encore peu explorées par les historiens, de même que l’élaboration de leur lente genèse. Mettre l'accent sur le processus d’élaboration de l’artefact implique non seulement de réintégrer l'objet dans l’épaisseur de son histoire et de l’histoire en général mais vise aussi à déterminer, à partir des circulations et des trajectoires, les processus d'adoption, d'adaptation et d'accommodation qui l'ont transformé dans l'espace au cours de l'histoire.


Une expertise transversale en lien avec les acteurs du patrimoine

En plus des résultats scientifiques attendus provenant des différents WP, Patrimalp vise à contribuer à l’organisation de manifestations publiques comme des expositions programmées en Rhône-Alpes. Ces collaborations ont également pour objectif de stimuler les liens scientifiques entre l’université et les acteurs du patrimoine rhone-alpin.

  • WP3.1. Exposition : « La mystérieuse bague de Guigues VIII. Un bijou médiéval », Musée de l’Ancien Evêché de Grenoble, été 2018
  • WP3. 2. Exposition : « Artistes, artisans et artefacts au Moyen Âge dans les Alpes » une exposition interreg portée par le réseau Sculpture dans les Alpes (France, Italie, Suisse) : thème retenu : « Les vierges de pitié savoyardes au XVe siècle », Annecy, Musée-Château, 2020
  • WP3.3. Exposition : « Réouverture du musée savoisien de Chambéry », 2021
  • WP3.4. Recherche en archéologie et architecture. Lyon, Vaison-la Romaine ; Isère, Saint-Michel de Connexe.